OOPS. Votre lecteur Flash est manquant ou obsolète. Click here mettre à jour votre lecteur pour que vous puissiez voir ce contenu.
Vous êtes ici: accueil arrow Lexique Construction arrow Glossaire du monde de la construction
Glossaire du monde de la construction Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Cette rubrique vous permettra d'avoir un certain nombre de définitions relatives au monde du bâtiment (BTP).

 

 

 

Abaque : Graphique permettant de trouver, sans avoir à effectuer un calcul, une valeur numérique résultant de plusieurs données.

Abattant : Châssis de fenêtre ou volet basculant sur un axe horizontal.

Abattre : - 1. Supprimer une partie saillante d'un ouvrage. - 2. Remplacer une arête vive par un pan coupé ou chanfrein, sur un ouvrage de bois ou de pierre. - 3. Démolir un mur, une cloison, etc. - 4. Angle abattu : angle dont l'arête a été chanfreinée.

Abergement : Réalisation et résultat d'un raccordement d'étanchéité à la périphérie d'une souche de cheminée, au droit de sa jonction avec la couverture.

About : - 1. Extrémité façonnée d'une pièce de bois. - 2. Face extrême d'un tenon, d'une mortaise ou d'un embrèvement travaillant en butée dans un assemblage oblique.

Aboutage : Action d'abouter. En lamellé-collé, l'aboutage des lamelles est réalisé par des entures multiples. Syn. Aboutement.

Abouter : Mettre deux pièces de bois bout à bout en les réunissant par un assemblage. Les aboutés, ou bois aboutés, désignent de façon générale les demi-produits tels que tasseaux, lattes, lambris, profilés, moulures, etc. constitués d'éléments collés bout à bout par des liaisons d'allongement (entures) en dents de scie, avant leur usinage ou leur moulurage.

Accoinçon : Voir Coyau.

Accolé : À la fois juxtaposé et solidarisé.

Accolement : Assemblage d'éléments établis côte à côte, se consolidant mutuellement : par ex., deux poutres boulonnées côte à côte. État de ce qui est accolé.

Acier : Alliage métallique de fer et de carbone (ce dernier pour moins de 2%). Les aciers utilisés généralement en construction métallique sont dits "aciers de construction d’usage général" et répondent à la norme NF A 35-501. Leurs compositions chimiques garanties et leurs caractéristiques mécaniques sont fixées par cette même norme. Ils existent en 9 nuances et 4 qualités au maximum dans chaque nuance.

Acotherm : Label de certification thermique et phonique.

Acrotère : Muret constituant un relevé en périphérie des terrasses.

 

Adduction d'eau : Canalisations permettant le branchement au réseau public de distribution d'eau potable

 

Adent : En charpente, mode d'assemblage de deux pièces de bois accolées, à dents et entailles triangulaires formant tenons et mortaises.

 

Adhérence : Force s’opposant au déplacement par glissement de deux pièces l’une par rapport à l’autre. L’adhérence peut être obtenue par divers procédés : boulons à haute résistance, collage, phénomènes de prise du ciment sur l’acier, etc. Le coefficient d’adhérence est celui de frottement au repos (par oppositions au coefficient de glissement, dit encore de frottement en mouvement).  

Adoucisseur d'eau : Appareil permettant de rendre l'eau moins calcaire.

Aérothermes : Appareils de chauffage diffusant de l'air chaud dans la pièce à chauffer.

 

Affleurer : - 1. Mettre dans un même plan (au rabot, au racloir etc.) les faces de diverses pièces constituant un assemblage. - 2. Être dans le même plan qu'une surface voisine.

Affourchement : Assembler par rainure et languette ou par tenon et mortaise les extrémités des lames d'un panneau ou d'un parquet dans une emboîture.

Affûtage : Action d'aiguiser des outils. V. Corroyage. L'affûtage a pour but : a) mettre en état l'arête de coupe de l'outil ; b) assurer l'équilibrage de l'outil ; c) placer toutes les dents à égale distance du centre de l'outil afin que chacune d'elle soit à même de travailler (pour les scies).

Aggloméré : Matériau constitué de fibres ou de particules de bois pressées et collées. Voir Panneau de particules.

Agrafe : Organes d'assemblage qui peut dans certains cas, remplacer une pointe.

Agrégats : Elements minéraux entrant dans la composition des bétons ou des mortiers (sable, gravillons, cailloux)

 

Aile : Chacune des deux branches d’une cornière ou d’une équerre. Dans une poutrelle, partie latérale de la section qui est perpendiculaire à l’âme (c’est la semelle d’une poutrelle non reconstituée).

 

Air frais : désigne l'air neuf, en provenance de l'extérieur, destiné à renouveler l'air vicié à l'intérieur du bâtiment.

 

Ais : - 1. Planche longue de bois avivé ordinaire d'environ 4cm d'épaisseur, dont ont faisait autrefois, des cloisons enduites de plâtre sur les deux faces. - 2. Panneau mobile qui double un châssis de baie.

 

Aissante ou Essente : Petite planche mince employée comme matériau de couverture. Syn. bardeau.

 

Aisseau : Voir Bardeau.

 

Aisselier : Élément, droit ou courbe, tel que lien, fiche ou contrefiche assurant la rigidité d'un angle formé par deux pièces de bois.

 

Alaise : - 1. Planche étroite assemblée contre une autre planche pour en augmenter la largeur. - 2. Rive ou cadre en bois dur servant à protéger un panneau de bois tendre ou de particules.

 

Alésage : Partie centrale d’un profilé métallique, d’une poutre, reliant les deux ailes (ou les semelles), dans un plan généralement perpendiculaire à ces dernières.

 

Alèse : Voir Alaise.

Alignement : - 1. Situation de divers objets dans un même plan ou sur une même ligne droite. - 2. Alignement d'une coupe : tracé du plan d'intersection d'un élément de charpente avec un autre, sur chacune des faces de cet élément. - 3. Coupe d'alignement, Voir Coupe.

Allège : Élément mural situé entre le niveau d'un plancher et l'appui d'une baie ; l'allège a la même largeur que la baie, ou la largeur de plusieurs baies juxtaposées, séparées par des meneaux. Autrefois, l'allège était moins épaisse que le mur. Hauteur des allèges de baies : le Code de la Construction stipule que les fenêtres autres que celles ouvrant sur des balcons, terrasses ou galeries et dont les parties basses se trouvent à moins de 0,90 m du plancher doivent, si elles sont au-dessus du rez-de-chaussée, être pourvues d'une barre d'appui et d'un élément de protection s'élevant au moins jusqu'à un mètre du plancher fini.

 

Allégir : Diminuer en tous sens l'épaisseur d'une pièce de bois ou de métal.

 

Âme : - 1. renfort de bois placé entre deux moises, quand l'une de ces moises ou les deux comporte un joint. - 2. Âme d'une poutre : portion médiane d'une partie pleine ou évidée opposée aux membrures extrêmes. L'âme d'un panneau de contreplaqué est le feuillet central de part et d'autre duquel sont disposés les plis de façon symétrique. Âme panneautée : placage épais ou assemblage de planches ; Âme lattée si ce sont des lattes ou Âme lamellée pour des lamelles.

 

Ancelle : Petite planche mince employée comme matériau de couverture. Syn. bardeau.

 

Ancrage : Ouvrage de stabilisation, destiné à empêcher deux parties ou éléments de se désolidariser, de s'écarter l'un de l'autre (murs parallèles, about de solive et mur porteur, etc). Solidarisation d'un élément avec un ouvrage fixe ou une maçonnerie qui est en mesure de résister aux efforts de traction de l'élément ancré. L'ancrage dans une maçonnerie se fait par une pièce métallique dont la forme (queue de carpe, crochet, crosse, etc.) rend impossible l'arrachement de la pièce ancrée (tirant, ferrure de poutre, câble…). — Massif d'ancrage : massif en béton dans lequel sont ancrés des tirants, ou les câbles d'une structure haubanée.

 

Anhydre : Qui ne contient pas d'eau. Voir Bois anhydre.

 

Anisotrope : Dont le comportement est différent selon la direction.

 

Anneau : Couronne métallique utilisée dans certains assemblages pour répartir les efforts. "Les anneaux d'assemblage sont encastrés dans les pièces à assembler, concentriquement aux boulons, et transmettent les efforts par pression sur les bords du logement".

 

Anodisation : Traitement des ouvrages en aluminium par oxydation en vue d'améliorer leur résistance à la corrosion.

 

Antébois : Baguette de bois fixée sur le parquet, le long du mur, pour empêcher le frottement des meubles contre celui-ci. Voir Antibois, Plinthe.

Antibleu : Produit de traitement du bois (surtout le bois de Pins) contre l'apparition du bleuissement inesthétique.

Anticryptogamique : Qualifie tout produit dont l'action détruit ou empêche la prolifération des micro-végétaux (algues, lichens, moisissures et champignons parasites) en particulier sur les toitures et sur les murs. Syn. Algicide, antifungique, antimousse, fongicide, myocide.

Antifungique ou Antifongique : Voir Fongicide.

Antisismique : Terme utilisé à tort pour qualifier les ouvrages dont la conception tient compte des risques éventuels de secousses sismiques ; le terme à utiliser est parasismique.

Aplomb : On dit qu'une pièce de bois est d'aplomb lorsque son axe suit la direction du fil à plomb. Une surface est à l'aplomb d'une autre lorsqu'elles sont toutes deux dans un même plan vertical.

 

Appareillage : Mode d'organisation des divers éléments entre eux lors de la construction d'un mur en pierre ou en brique.

 

Appareiller : En charpente, choisir les pièces de bois, tracer et repérer leurs assemblages.

 

Appentis : - 1. Petite construction adossée à un bâtiment plus grand et dont la toiture a une seule pente.

- 2. Comble en appentis : comble n'ayant qu'un seul versant.

Apprêt : Préparation des fonds (murs ou cloisons) par l'application d'un enduit avnt la pose d'un papier ou la mise en peinture.

 

Appui : - 1.Élément d'une construction qui supporte des charges importantes, ou vers lequel on reporte les charges des couvrements ou des planchers ; Une colonne, un poteau, un pilier, un mur porteur, etc. sont des appuis.

- 2. Ouvrage de maçonnerie, de menuiserie ou de serrurerie sur lequel on peut s'accouder. Appui de baie : partie inférieure d'une baie, sur laquelle repose la croisée ou le bloc-baie. L'appui désigne, en maçonnerie, la tablette de couronnement d'une allège, en légère pente pour l'écoulement des eaux vers l'extérieur ; l'arrière de cette tablette est relevé pour former le rejingot, ressaut concave sur lequel repose la traverse dormante, ou pièce d'appui, de la croisée de la baie. Appui rampant : balustrade, parapet ou muret en pente, accompagnant un escalier. Mur d'appui : mur en maçonnerie pleine, formant garde-fou, avec un couronnement à hauteur d'appui. Pièce d'appui : traverse inférieure du bâti dormant d'une croisée.

 

Approche systémique : compréhension que tout phénomène caractérisant ou affectant un système du bâtiment (enveloppe thermique, paramètres de confort, orientation géographique) a une répercussion sur un autre et, inversement, que chaque bâtiment crée un état d'équilibre de ces phénomènes qui lui est propre.

 

Arase : Face supérieure d'un mur : "Parfois le charpentier indique au maçon la hauteur de l'arase des murs afin que la base de la charpente puisse être bien conçue ".

Arasement : Face d'un assemblage, généralement perpendiculaire à l'axe d'un tenon et formant épaulement à la naissance de celui-ci. Au sens large, action de raccourcir une pièce de bois pour lui donner la longueur exacte qui convient.

 

Araser : Mettre à niveau une surface.

 

Arbalétrier : Elément rampant support des pannes, il fait partie de la ferme qui structure la charpente d'une toiture.

 

Arc : Élément de structure de forme courbe, plus ou moins prononcée. " En charpente on utilise le plus souvent des arcs à 2 ou 3 articulations, ou encore des arcs sous-tendus".

Arcanne : Craie rouge délayée dans l'eau dont les couvreurs se servent pour ligner la position des liteaux ou des ardoises sur les chevrons. Les charpentiers s'en servent parfois pour ligner les pièces de bois.

Arcaux : Voir Arcanne.

Arc-boutant : Ouvrage en bois, en fer ou en maçonnerie, définitif ou provisoire, servant à contenir le poussée des murs et des voûtes.

Architrave : Partie inférieure et principale de l'entablement. Poutre maîtresse d'un portique à plusieurs poteaux et à plusieurs travées et n'ayant aucun lien de contreventement.

 

Ardoises : Feuilles de schiste minces et légères employées en couverture. Utilisables pour des toits dont la pente peut varier de 20% à la verticale.

 

Arête : Intersection de deux faces d'une pièce de bois. " On dit d'une pièce de charpente qu'elle est avivée ou à vives arêtes lorsque, après son débit, aucune de ses arêtes ne présente pas la moindre trace de flache ".

 

Arêtier : Pièce de charpente droite ou courbe placée à la rencontre de deux versants d'un comble lorsque ceux-ci forment entre eux un angle saillant. L'arêtier reçoit les pannes et les empannons et peut être délardé ou recevoir un chevron d'arêtier délardé.

 

Arêtière : Tuile qui recouvre l'arête ou les arêtes du toit.

Armatures : Structures en acier incorporées au béton permettant de donner aux ouvrages en béton armé leur résistance aux efforts de flexion et de traction.

 

Aronde : Se dit d'un assemblage dans lequel le tenon et la mortaise vont en s'élargissant en forme de queue d'hirondelle. Voir Assemblage.

 

Arrachement : - 1. Action d'enlever avec effort. - 2. Résistance à l'arrachement : valeur de l'effort de traction qui sollicite un organe d'assemblage et tend à l'extraire de son logement.

Arrêt :
Endroit où se terminent une moulure, un chanfrein ou une feuillure qui ne se profile que sur une longueur déterminée d'une pièce de bois.

Art : - 1. Ensemble de procédés, de méthodes ou de règles employées dans l'exercice d'un métier. - 2. Art du trait : ensemble des connaissances se rapportant au trait de charpentier.

 
Articulation : Système d'assemblage permettant le mouvement d'une pièce par rapport à une autre.

 

Assainissement : Réseau de collecte et d'évacuation des eaux vannes, eaux usées et eaux pluviales.

 

Assemblage : Dispositif constructif permettant de relier entre elles les différentes barres ou plaques d’une pièce élémentaire d’un sous-ensemble, d’une ossature. Les assemblages font surtout appel aux boulons (hr, ordinaires ou mécaniques), aux rivets, aux rivelons et à la soudure.

 

Assembler : Joindre, emboîter, enchâsser plusieurs pièces de bois de façon à ne former qu'un tout, un assemblage.

Assembleur : Anneau, crampon, goujon annulaire etc. employé comme moyen d'assemblage ou comme renfort d'assemblages boulonnés.

Attache : - 1. Accessoire tel que patte métallique, goujon, suspente, etc. servant à la fixation des placages, bardages, vêtures, etc., par scellement, vissage ou chevillage.

- 2. Elément de fil de fer torsadé aux jonctions des pièces d'armature du béton armé, pour les solidariser. Syn.: ligature.

- 3. Ligne en pointillé qui relie une cote à son point d'application.

 

 Aubier : Partie jeune de l'arbre, bois non encore formé situé entre le bois dur (duramen) et l'écorce. Ce sont les dernières cellules nées de l'année ; ce n'est encore qu'un bois imparfait qui va durcir et se transformer en bois parfait. L'aubier est sujet à l'attaque des insectes parce qu'il renferme certaines matières telles que l'amidon.

Aune : Mesure dont la longueur varie suivant les pays. L'aune de Paris, remplacée par le mètre, avait 3 pieds, 7 pouces, 8 lignes ; environ 1 mètre et 194 millimètres.

Autoclave : Appareil industriel dans lequel on place des bois pour les imprégner d'un produit de traitement, grâce à la pression que l'on peut y créer.

 

Autoporteur : Se dit d'une structure assurant sa propre stabilité sans être reliée à d'autres ouvrages .

Autostable : Se dit d'un élément suffisamment par lui-même pour résister aux efforts transversaux, généralement dus au vent : " un pan de bois peut être autostable dans son plan sans l'être dans le plan qui lui est perpendiculaire".

Auvent : Ouvrage en saillie en façade (toiture ou dalle) situé généralement au dessus des portes d'entrée.

Avant trou : Percement d'un trou de diamètre inférieur ou égal à celui de la pièce (pointe, tire-fond, vis, cheville ou broche) devant s'y loger de manière à faciliter sa mise en place.

Avant-solier : Dans les constructions à pan de bois, poutre placée de niveau à l'extrémité des solives, et recevant la partie de façade se trouvant en encorbellement.

Avant-toit : Ensemble des parties d'un toit qui sont en saillie, en surplomb par rapport au nu de la façade.

Avivé : Syn. Bois déligné, Bois alignés parallèles. Pièce dont les arêtes sont vives et exemptes de flache. Sous cette appellation, il convient de classer, en scierie et à l'exclusion des plots : bastings, chevrons, feuillets, frises, lambourdes, madriers, planches, poutres.

Avoyer : Donner de la voie à une scie. Il faut obtenir par soins et qualité de l'acier, la constance de l'avoyage; surtout pour les machines et les scies à ruban. Avoyer en alternant les dents, l'une à droite l'autre à gauche, le trait sera plus large que le corps de la lame.

Axe : - 1. Ligne fictive autour de laquelle tourne un solide.
- 2. Pièce de bois ou de fer passant par le centre d'un corps et permettant sa rotation sur lui-même. - 3. Axe de symétrie: Ligne ou plan fictif qui coupe une surface ou un volume en deux parties égales. - 4. Axe d'inertie d'une section : Ligne fictive passant par le centre de la section d'un élément : " l'axe d'inertie d'une section correspondant à la fibre neutre d'un élément, de part et d'autre de laquelle sont situées les fibres tendues et les fibres comprimées ". - 5. D'axe en axe : à une distance comprise entre les axes de symétrie respectifs de deux éléments semblables et consécutifs.

Azobé : (Lophira alata banks ex Gaertn.) Ekki, eba, kaku. Angl. : Ekki. All. : Azobe (bongossi). Ital. : Azobe. Provenances : Ouest de l'afrique.

B
 
 

Bâcle : Barre de bois fermant par dedans une porte ou une fenêtre. La bâcle est assujettie par des montants fixes, gauche et droite.

 

Bacs métalliques : Éléments métalliques en acier, bacs autoporteurs utilisés en couverture sur charpentes ou en supports d'étanchéité.

 

Bacula : sorte de plafonds légers faits de lattes et de plâtre.

 

Baguette : - 1. Membre de moulure de forme circulaire.- 2. Moulure de profils divers, rapportée sur un ouvrage pour l'ornementer et servir à dissimuler les joints qu'elles recouvrent : " les types les plus courant de profils de baguettes sont le champlat, le quart-de-rond et la baguette d'angle évidée ou en trois quarts de ronds.

 

Baie : Ouverture dans un mur fermée par une fenêtre. La baie est dite libre lorsqu'elle ne reçoit pas de menuiserie. 

Balancement : Tracé permettant d'obtenir une diminution progressive de la largeur des marches d'un escalier tournant du coté du limon ou du jour, en conservant un girond constant sur la ligne de foulée afin d'éviter les dangers qui résulteraient d'un changement de pente subit.

 

Balcon : Dalle accessible en saillie sur une façade et protégée par un garde corps.  

Balustrade : Garde corps composé de balustres (éléments tournés en pierre ou en bois), disposé en périphérie de balcons et terrasses.

Balustre : Petite colonne tournée, profilée, découpée ou sculptée qui entre dans la composition de certaines rampes.  

Bandeau : Planche ou bande de contreplaqué, fixée à l'extrémité de la saillie des chevrons pour cacher ces derniers et former une ligne horizontale à la base du toit. Dans le cas d'un caisson sous saillie, le bandeau est rainé pour recevoir l'habillage ; par ailleurs il est recommander de pratiquer une moulure concave sur l'arête basse du bandeau pour former une goutte d'eau.

 

Bangkirai (Balau) : (Shorea laevis Ridle, shorea atrinervosa Sym., shoreaglauca King et autres.) Angl. : Bangkirai, balau. All. : Yellow balau. Ital. : Bangkirai Provenances : sud-est de l'asie.

 

Barbe : Dans l'assemblage de deux pièces de bois placées dans des dévers différents, la première pièce se poursuit tandis que la seconde vient se couper contre elle ; lorsque la section de la pièce coupée ne peut pas être absorbée en totalité par une seule face de la pièce qui la reçoit, la partie aiguë qui se poursuit contre l'autre face est appelée barbe.

 

Bardage : Revêtement de finition des façades monté sur ossature. Il peut être constitué de plaques de métal, de pierre, de bois…

Bardeau : Eléments de bois ou d'asphalte recouvrant toitures et murs exposés aux intempéries. Pose par tuilage.

Barre : - 1. Dans un système triangulé, pièce de bois située entre 2 noeuds d'assemblage : " la barre peut être tendue ou comprimée selon les efforts qui la sollicite ". - 2. Barre d'appui, pièce de bois ou de fer placée à hauteur d'appui entre les jambages d'une baie, pour garantir des chutes. - 3. Barre à mine, grosse barre de fer que l'on emploie comme levier ou comme crayon d'amarrage.  

Bastaing : Grosse pièce de bois de section rectangulaire utilisée pour la construction des charpente.

Bâti : Assemblage des pièces de bois formant cadre, support ou ossature. 2. Support sur lequel sont assemblées les pièces d'une machine.

Bâtière : Comble à deux pentes se terminant par des pignons. Le mot s'applique surtout au comble de clocher. L'expression comble sur pignon est plus employée.

Bâtiment performant : bâtiment considéré efficace au point de vue énergétique selon les normes les plus sévères. Sert également à désigner un bâtiment procurant une excellente qualité de l'air intérieur et dont les systèmes sont durables d'un point de vue technique. 

Bâtiment vert : bâtiment intégrant un souci d'impact négligeable sur l'environnement, durant sa construction et après sa mise en service.

Battre : Tracer des lignes sur une épure ou sur des pièces de bois au moyen d'un cordeau enduit de poudre colorante.

Baudet : Tréteau des scieurs de long. Ils y fixaient les pièces à débiter. S'appelle aussi chevalet.  

Bavette : Bande métallique disposée devant une menuiserie pour assurer l'étanchéité.

Bêche : Fer soudé sous une platine d'ancrage pour former une butée et reprendre les poussées.

Becquet : Ouvrage disposé à protéger en tête les relevés d'étanchéité.

Béton : Matériau de construction composé d'agrégats (sable, gravier, cailloux) et d'un liant (ciment).

Béton Armé : Béton incorporant une armature en acier lui conférant sa résistance aux efforts de flexion et de traction.

Béton précontraint : Béton armé dont les armatures sont mises en tension avant coulage. Le béton est mis en compression par les tiges d'acier.  

Béton cellulaire : Béton non armé léger comportant de multiples petites bulles qui lui confèrent de bonnes qualités d'isolation thermique.

Blocage : Remplissage constitué de pierres, de briques, ou de moellons, en vrac.

Blochet : Pièce de bois moisée ou massive, de faible longueur et placée horizontalement au niveau de la sablière. Elle reçoit le pied de l'arbalétrier et le relie à la jambe de force.

Bois : Matière qui compose l'ossature des végétaux ; désigne surtout la partie massive des troncs ou fûts des arbres, utilisable comme matériau.

Dénominations diverses des bois :

- Bois amélioré : Bois aux caractéristiques modifiées par densification ou imprégnation de résines.


- Bois anhydre : Bois qui ne contient pas d'eau, humidité 0%. S'obtient par le chauffage, qui élimine l'eau à 100% dans une étuve à circulation d'air. Il reprend son humidité lorsqu'il est exposé à la température atmosphérique. Bois bakélisé : durci par une solution alcoolique de bakélite.

- Bois blanc : Bois léger et peu résistant sous certaines formes d'emploi. Se dénombre en Europe : Aulne; Érable; Marronnier; Peuplier; Tremble; Tilleul; Bouleau. Bois brut : Bois conservant les traces du sciage, après avoir subit un façonnage quelconque. C'est le cas de la majorité des bois de charpente. Bois carré : bois équarri, scié suivant une section rectangulaire.

- Bois Corroyé :Bois équarri dont les faces ont été dressées par rabotage.

- Bois de bout, ou par bout : - 1. Bois coupé perpendiculaire au fil. - 2. Bois travaillant à la compression.

- Bois de brin : Planche provenant d'un arbre qui n'avait que les dimensions suffisantes pour la fournir. Ce bois offre une résistance plus grande qu'un bois de sciage car les fibres n'ont pas été coupées.

- Bois de fil : Caractérisé par une certaine résistance à la rupture. Plus faible dans le sens transversal que le bois de bout. o V. Fil.

- Bois déligné : Bois brut de sciage sur ses quatre faces, sans aubier, et dont les faces ou les rives peuvent ne pas être parallèles deux à deux.

- Bois densifié : Bois amélioré dont la densité est supérieure à 1.

- Bois déroulé : Bois de placage en longues feuilles obtenues par déroulage, coupe tangentielle des billes soumises à une rotation axiale.

- Bois d'échantillon : Bois dont la section est définie par l'usage."

- Bois d'équarrissage : Dont les quatre faces d'équerre et planes ont une largeur d'au moins 15 cm, pour servir de poutres ou de poteaux.

 

- Bois de fente : Destinés à être fendus à la hache (ou coutre), autrefois sous forme de merrains.


- Bois fin : Bois à grain fin recherché pour l'ébénisterie et la sculpture. Bois flache : bois mal équarri, dont les arêtes ne sont pas vives.


- Bois gauche : Bois déjeté ou vrillé après son équarrissage.


- Bois grume : Bois non équarri, en rondins ou tronçons de billes.


- Bois hétérogènes : Chêne, Châtaignier, Ormes, Frênes, etc. qui sur une section transversale, laissent distinguer une zone ponctuée de fins orifices, les pores et les vaisseaux.


- Bois homogènes : Buis, Charme, Hêtre, bois de fruitiers, dont la localisation des pores, des vaisseaux (zone poreuse) n'est pas visible. Bois lamellé : V. le mot Lamellé.


- Bois d'oeuvre : Bois convenant pour la fabrication d'éléments de menuiserie et de charpente.


- Bois parfait : Bois proprement dit, correspondant au duramen, par opposition. à l'aubier (V. définitions plus haut).
- Bois pelard : Bois écorcé destiné au chauffage.

 

- Bois reconstitué : Élément ou panneau de bois obtenu par l'agglomération de particules de bois.

 

- Bois refait : Bois flache.

 

- Bois tranché : Bois de placage sous tonne de feuilles minces obtenues par tranchages rectilignes et parallèles des billes.

 

- Petit bois : Bois mouluré à feuillures, qui divise en panneaux la surface vitrée d'une croisée.

 

Boisage : - 1. Action de mettre en place le soutènement d'un ouvrage. - 2. Consolidation de galerie par des étais.

 

 

Boisseau : Eléments préfabriqués permettant le montage, par emboîtement, de conduits de cheminée ou de ventilation.

 

Boiteux : qualifie une pièce de charpente, poutre ou solive dont une seule extrémité est scellée ou en appui contre un mur, l'autre étant assemblée à une pièce d'enchevêtrure.

 

Boîtier : Étrier métallique en forme de boite assurant l'assemblage de deux pièces.

 

Bouge : Qualifie une pièce de bois dont le chant est bombé.

 

Boulon : Organe métallique d’assemblage composé d’une vis et parfois d’un écrou, accompagnés le plus souvent d’une rondelle.

 

Bouveté : Assemblé à rainure et languette.

 

Bow-window : Ouvrage vitré en avancée sur une façade. Mot anglais souvent utiliser pour désigner l'oriel; élément de construction à pans coupés ou cintrés, placé en saillie sur le parement d'un mur de façade et recevant plusieurs fenêtre. Syn. Oriel, Logette.

 

Brinell : Test de résistance mécanique des matériaux au poinçonnement. Il consiste à presser sur le matériau une bille d'acier dur de 10 mm de diamètre, à l'aide d'une presse hydraulique, puis à mesurer le diamètre de l'empreinte laissée par la bille, pour une pression donnée. Syn.: essai de dureté à la bille.

 

Briques : Eléments de construction préfabriqués à base d'argiles. Elles peuvent être pleines ou creuses.

 

Bris : Ligne qui, dans un comble à la Mansard raccorde le brisis au terrasson.

Brisis : Versant inférieur et le plus raide d'un comble à la Mansard.

Broche : - 1. Nom donné aux gros clous de 160 mm de longueur et plus. - 2. Tige cylindrique en acier, servant d'organe d'assemblage ou de renforcement et pouvant dans certains cas s'utiliser en remplacement des boulons.

Bûcher : Dégrossir une pièce de bois à la hache ou à l'herminette pour la dégrossir.

Buton : Pièce de bois généralement en bois rond de 20 cm de diamètre, utilisé dans les travaux d'étaiement, de reprise en sous-oeuvre ou de blindage de fouille.

 
Suivant >