OOPS. Votre lecteur Flash est manquant ou obsolète. Click here mettre à jour votre lecteur pour que vous puissiez voir ce contenu.
Vous êtes ici: accueil arrow Lexique Construction arrow H - I - J - K
H - I - J - K Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

H

 

Habillage : Revêtement, par des éléments rapportés (lambris, clins, parquet, etc.), d'un ouvrage non conçu pour rester apparent, afin de lui donner un aspect plus agréable, plus chaud et plus esthétique : " habillage d'un comble, d'une saillie, d'un ouvrage en béton ou en métal ". Syn. revêtement.

Harpon : Fer plat, coudé ou non, servant de platine d'assemblage de deux éléments de murs en pans de bois ou de deux pièces de charpente.

Hauban : Câble métallique servant à relier une masse en équilibre instable à un point d’appui fixe (corps-mort ou treuil). Par exemple : une ossature en cours de montage, un mât ou un portique de levage sont haubanés pour assurer leur stabilité.

 

Hemlock : (Tsuga heterophylla Sarg.) Pruche en canadien français. Angl. : Western hemlock. All. : Hemlock. Ital. : Hemlock. Provenances : Nord-ouest de l'Amérique du Nord, cultivé en Europe.

Herse : - 1. Épure en vraie grandeur d'un plan incliné dans lequel est contenue une des faces d'une ou de plusieurs pièces de bois : la herse d'une croupe ou d'un long-pan permet de trouver la longueur et les coupes d'alignement des empannons et des pannes. - 2. Mettre un bois en herse, établir une pièce à dévers sur une de ses faces, de manière à trouver sa longueur et ses coupes. - 3. Herse de balancement, en escalier, tracé permettant de déterminer de façon progressive mais imparfaite le collet des marches balancées. Il existe deux tracés de herses : le tracé par triangle, et celui par trapèze; dans la pratique, ces herses sont peu employées.

Hétérogène : Qui est composé d'éléments de différentes natures. Le bois est un matériau hétérogène, car il n'a pas une structure continue et il comporte des défauts de composition et de croissance.

Hêtre : (Fagus sylvatica L.). Angl. : Beech. All. : Buche. Ital. : Faggio. Provenances : Europe.

Hironde : Voir queue d'aronde.

 

Hors d'air / Hors d'eau : Se dit d'une construction dont la couverture les portes et les fenêtres sont posées.

 

Hors œuvre : Se dit d'une surface dont calculée à partir de l'extérieur des murs.

 

Hors gel : A l’ abri du gel

 

Hourdis : Éléments préfabriqués de remplissage disposés entre les solives ou les poutrelles d'un plancher.

 

 

Huisserie : Bâti métallique ou en bois, fixé dans la maçonnerie ou les cloisons et servant d'encadrement à une porte.

 

Humidité : Eau ou vapeur d'eau en suspension dans l'air ou contenue dans les matériaux non liquides. Humidité dans les matériaux : l'humidité est le facteur le plus fréquent de destruction lente des composants du bâtiment, et l'une des principales sources de pathologie ; y sont sensibles les bois (pourrissement), replâtre (destruction cristalline, gonflements), les métaux ferreux (oxydation) et certaines colles (amylacées, dextrines, vinyliques). L'humidité favorise le développement des organismes cryptogamiques parasites (lichens, mousses, moisissures) et des formations cristallines de salpêtre. Pour que le bois d'œuvre soit usinable et utilisable en construction, sa teneur en eau (taux d'humidité) doit normalement être proche de 15 à 22 %. Au-dessus de 22 % le bois est dit mi- sec ; au-dessus de 30 %, il est vert. L'hygrométrie, qui mesure l'humidité de l'air, utilise plusieurs ratios dont les valeurs sont, en pratique, très voisines : o Humidité absolue : c'est le poids de vapeur d'eau (en grammes) par mètre cube d'air. o Humidité spécifique : c'est le poids de vapeur d'eau (en grammes) par kg d'air humide. o Humidité relative (H.R.) : c'est l'expression en pourcentage de la proportion d'eau contenue dans l'air, l'humidité relative 0 étant celle de l'air totalement sec, et 100 % celle de l'air saturé (rappelons que cette saturation dépend elle-même de la température et de la pression). Les conditions de confort pour l'homme correspondent à des taux d'humidité relative compris entre 30 % et 75 %. Syn. : degré hygrométrique de l'air.

 

Hydrofuge : Produit imperméabilisant, ayant pour effet d'interdire ou de ralentir le cheminement de l'eau ou sa pénétration dans les matériaux, et de les préserver contre les effets de l'humidité.On distingue : - Les hydrofuges de surface : ce sont des produits modifiant les caractéristiques de capillarité, ou obstruant les pores superficiels des bétons, des enduits, du bois, etc. Ils se présentent sous forme liquide, généralement incolore, pour être appliqués comme des peintures à la brosse, au rouleau ou par pulvérisation. On trouve des hydrofuges de surface à base de résines (silicones, époxydes, polyesters, acryliques, vinyliques), de sels divers (fluosilicates, siliconâtes), de caoutchouc, de produits bitumineux.- Les hydrofuges de masse : ce sont des adjuvants soit en doses liquides, soit en poudre, à incorporer dans les enduits, mortiers et bétons au moment de leur malaxage ; les dosages préconisés ne doivent pas être dépassés afin de ne pas nuire à une hydratation homogène des liants, rendue plus difficile par la présence d'hydrofuges.

Hygromètre : - 1. Appareil de mesure du taux d'humidité de l'air ou des gaz. - 2. Appareil mesurant la teneur en eau du bois (syn. : humidimètre, dans ce sens) : les hygromètres à bois mesurent la résistivité entre deux électrodes pointues enfoncées dans le bois.

Hyperstatique : Se dit d'un système qui n'est pas isostatique, et dont les déformations doivent être prises en compte dans la définition des efforts; d'où la nécessité de le dimensionner au préalable.

I

 

Ignifuge : Se dit d'un matériau traité pour offrir une meilleure résistance au feu.

 

Implantation : Action d'implanter les éléments d'une charpente.

 

Implanter : Déterminer la position des éléments principaux d'une charpente, en vue du levage; de machines dans un atelier, en tenant compte des opérations successives qu'elles effectuent dans l'élaboration d'un travail; d'une construction sur le terrain; etc.

Imposte : Menuiserie fixe ou ouvrante située au dessus d'une porte ou d'une fenêtre. 

Imprégnabilité : Aptitude d'un bois à se laisser pénétrer par un produit de préservation. Cette aptitude comporte plusieurs degrés (ainsi, le bois peut être totalement imprégnable ou à l'inverse, être réfractaire), et dépend de l'essence considérée. L'Aubier est généralement beaucoup plus facilement imprégnable que le duramen, ce dernier n'étant pas du tout imprégnable dans la plupart des essences où il est nettement différencié (Chêne, bois tropicaux, etc.).

Imprégnation : Pénétration d'un produit de préservation dans le bois, ou procédé utilisé pour y parvenir. Suivant la nature du bois, la formule du produit et le procédé de mise en œuvre, l'imprégnation peut être profonde, ou n'intéresser que la périphérie des pièces traitées ; on parle, dans ce dernier cas, d'imprégnation superficielle.

Impression : Première couche de peinture diluée permettant la préparation des ouvrages à traiter.

 

Indexation : Application au marché de travaux (matériaux et main d'oeuvre) d'indices de variation des prix.

 

Indice BT 01 : Indice national du bâtiment. C'est la référence officielle de révision des prix de construction.

 

Infrastructure : Parties inférieures des structures, généralement enterrées.

 

Inox : Ou inoxydable. Qualifie un alliage métallique protégé contre les risques de corrosion (oxydation) tel que l'acier inoxydable, qui est un acier auquel on rajoute du chrome et du nickel. Cela constitue un matériau inattaquable, dans sa masse, par les intempéries.

 

Insert : Appareil placé dans la cheminée et permettant de récupérer la chaleur.

 

Intrados : Surface intérieure concave d'un arc ou d'une voûte.

 

Intralam : L'lntralam (marque déposée de la société américaine Trus Joist McMillan) est un panneau de type OSB, mais avec de plus grandes lamelles (15 à 20 cm de long). Ces panneaux ont de bonnes caractéristiques structurelles.

 

Ipé : (Tabebuia spp. Tabebuia serratifolia Nichols.). Guayacan Angl. : Ipé, Guayacan All. : Ipé, Guayacan Ital. : Ipé, Guayacan Provenances : Amérique Centrale et Amérique de Sud.

 

Iroko: (Chlorophora excelsa Benth & Hook). Kambale, mvule, odoum Angl.: Iroko. All. : Iroko. Ital. : Iroko. Provenances : Afrique tropicale.

 

Isolation : Matériaux mis en œuvre en vue de gérer les transmissions thermiques ou acoustiques au travers des parois.

 

Isolation thermique : Le coefficient K mesure le pouvoir isolant d'une paroi. Les matériaux de base permettant d'assurer une bonne isolation thermique sont la laine de verre ou de roche, le polystyrène, le béton cellulaire...

 

Isolation phonique : L'indice "alpha" mesure l'isolation phonique. Plus il est levé plus l'isolation est bonne.

 

Isostatique : Se dit d'un système dont on peut définir les efforts à l'aide des équations de la mécanique, ce qui

permet de calculer les réactions d'appui et, par suite, les contraintes et les flèches.

 

Isotrope : Se dit d'un corps possédant les mêmes propriétés physiques dans toutes les directions : " le métal est isotrope ". Contr. anisotrope.

Intumescent : "Qui enfle et qui gonfle". On dit d’une peinture ou d’un enduit qu’ils sont intumescents s’ils sont capables de former un dépôt ayant la propriété de gonfler "comme une meringue" sous l’action d’une forte chaleur (incendie), en donnant un revêtement isolant thermique à structure cellulaire. Alors que la peinture s’étend à la brosse ou au rouleau, l’enduit, plus épais, se dépose à la spatule à mastiquer.

J

Jalousies : Système permettant l'occultation des ouvertures constitué par un assemblage de lamelles reliées entre elles.

 

Jambe de force : Pièce de charpente entrant dans la composition de certains éléments de structure tels que les fermes, les arêtiers et les noues (lorsqu'ils sont sur blochets, à entraits retroussés, etc.), et plus particulièrement destinée à soulager l'arbalétrier de la charge que lui transmet la panne, pour la reporter sur un appui stable (mur, poteau, semelle, etc.).

 

Jambette : Courte pièce verticale qui, dans une charpente, soulage la partie inférieure d'un arbalétrier. La jambette d'échiffre : est le petit poteau qui porte le limon au départ d'une volée d'escalier.

Jeu : Espace compris entre deux éléments : " dans un assemblage par tenon et mortaise, le tenon a du jeu, pour entrer librement; après séchage, il peut se produire un jeu entre deux planches; entre une 'pièce de charpente et la maçonnerie, il est prudent de laisser un jeu, pour régler aisément la charpente ".

Joint : - 1. Ligne formée par la réunion de deux pièces : " dans un assemblage par tenon et mortaise, l'arasement forme la ligne de joint ". - 2. Joint de transport, joint réalisé dans des éléments de très grande longueur, pour en permettre le transport dans les limites autorisées par le Code de la route. - 3. Joint à repos, raccord entre deux éléments d'une crémaillère : " rejoint est d'équerre par rapport au-dessous de la crémaillère et comporte un repos horizontal de 3 cm ". - 4. joint à cul nu, joint formé par le contact de deux pièces qui ne sont maintenues par aucun assemblage*. - 5. Joint scarf, joint oblique réalisé comme une coupe en sifflet et permettant d'abouter des planches ou des panneaux de contreplaqué, de façon à obtenir des éléments de grande longueur - " en principe la longueur du joint scarf est égale à 10 fois l'épaisseur des éléments ".  

Joue : - 1. Épaisseur de bois laissée de chaque côté d'un assemblage femelle : " les joues d'une mortaise, d'une rainure ". - 2. Chacune des faces des solives qui délimitent leur entrevous. - 3. Chacune des deux faces latérales d'un rabot, au droit de la lumière. - 4. Chacun des deux côtés formant la chape d'une poulie. - 5. Chacune des faces d'un chéneau.

Jouée : - 1. Dans une lucarne, partie triangulaire comprise entre le poteau, la sablière et le chevron correspondant au lattis du grand comble : " l'ossature de la jouée est généralement formée Chevrons assemblés tournisses ". Syn. clairie. - 2. Arbalétrier de jouée, voir arbalétrier. - 3. Chevron de jouée, voir chevron.

Jour de souffrance : Ouverture donnant sur une propriété voisine et qui doit rester fermée fixe pour des raisons légales.

Jumelle : - 1. Pièces de bois semblables et disposées parallèlement, soit comme supports verticaux, soit comme poutres ou solives. - 2. Les deux montants d'une sonnette (ou de certains pressoirs), ou les deux pièces qui reçoivent le treuil dans une bigue.

 

K


K (contreventement en) : Contreventement placé en toiture dans la chambrée des pannes, et se composant de deux liens qui s'assemblent, en pied, contre une panne basse au droit des fermes, et, en tête au milieu d'une panne haute. Considérés dans leur ensemble, le contreventement, les pannes et les deux fermes qui bordent la travée forment une poutre triangulée chargée de stabiliser la construction dans son plan longitudinal : " également utilisé dans les palées de stabilité, le contreventement en K peut être simple ou brisé ".

Kit : Ensemble d'éléments à assembler soi-même. Par extension, éléments complémentaires vendus sous un même conditionnement (par ex., kit de réparation de fissures comprenant mastic, rouleau de calicot d'entoilage et outil d'application). Mot proscrit par l'Administration, au profit de prêt-à-monter.

 

 
 
< Précédent   Suivant >